Malawi : Les résultats des élections retardés

Malawi : Les résultats des élections retardés

Les résultats des élections au Malawi sont retardés après l'injonction concernant de prétendues irrégularités

BLANTYRE / LILONGWE, Malawi - Les résultats définitifs des élections présidentielles au Malawi seront différés, a annoncé samedi la commission électorale (MEC) après que la haute cour avait ordonné la révision des résultats des élections suite aux allégations de manipulation par des opposants.

Les électeurs ont voté pour un président, un parlement et des conseillers de quartier le 21 mai. Le Parti progressiste-démocrate (PDP), au pouvoir, du président Peter Mutharika, a été confronté à la vive concurrence du Parti du congrès du Malawi (MCP), qui a déposé les plaintes alléguant intimidation et altération du PDP.
La Haute Cour du Malawi a ordonné à la MEC de ne pas divulguer les résultats du vote présidentiel tant que la plainte n'aurait pas été examinée par les tribunaux et que les résultats de 10 districts auraient été vérifiés.

La loi malawienne stipule que les plaintes doivent être résolues dans un délai maximum de huit jours entre le scrutin et l'annonce des résultats. La présidente du MEC, la juge Jane Ansah, a déclaré que les résultats seraient reportés jusqu'à ce que les problèmes cités par le tribunal soient résolus.

"Les résultats de la présidence ont été retenus jusqu'à ce que nous résolvions la question de l'injonction du tribunal que nous avons reçue. Nous traitons toutes les plaintes", a déclaré Ansah lors d'un point de presse.
Le CEM a confirmé avoir reçu 147 cas d'irrégularités, principalement à l'aide de feuilles de résultats contenant des sections effacées et modifiées au fluide correcteur.

Des manifestations ont éclaté à Lilongwe, la capitale administrative du Malawi, un bastion de l'opposition, poussant la police à déployer des camions blindés dans la zone où des personnes détruisaient des affiches du DDP au pouvoir et lançaient des pierres sur les bâtiments du gouvernement.

Le président Mutharika, âgé de 78 ans, est arrivé au pouvoir en 2014 et est reconnu pour l'amélioration de ses infrastructures et la réduction de l'inflation. Il a récemment été accusé de corruption et de favoriser les régions rurales où son soutien est le plus fort.