RDC: VOITURES ELECTRIQUES, MODELES ET TECHNOLOGIES L’avenir de l’essor économique du Congo ?

RDC: VOITURES ELECTRIQUES, MODELES ET TECHNOLOGIES L’avenir de l’essor économique du Congo ?

« Tout est possible à celui qui veut, vouloir c’est pouvoir »

En 2019, la technologie en matière des voitures continue à progresser, en Europe comme partout dans le monde on assiste à une vitesse révolutionnaire incroyable.

La RDC possède des gisements contenant une cinquantaine de minerais recensés, mais seulement une douzaine de ces derniers est exploitée: le cuivre, le cobalt, l’argent, l’uranium, le plomb, le zinc, le cadmium, le diamant, l’or, l’étain, le tungstène, le manganèse et quelques métaux rares comme le coltan. Le pays recèle plus de la moitié des réserves mondiales de cobalt, 10% de celles de cuivre, 30% de celles de diamant et plus de 70% des réserves de coltan (3/4 des réserves mondiales), un minerai qui entre dans la composition de produits de haute technologie ( Africa Diligence).

La comptabilité des investissements estime qu’il sera réalisé,  un milliard d’investissements dans le monde sur cette technologie au cours des cinq prochaines années.
Avec des dizaines de milliards d’investissements de chaque acteur, de Daimler au groupe Volkswagen, en passant par les groupes coréen, japonais, américain et Tesla en tête.

Voici les matériaux indispensables pour la voiture électrique

Les batteries lithium-ion peuvent être améliorées grâce à de nouveaux matériaux d'électrode, principalement avec remplacement du graphite ; cela se produira avec l'arrivée du silicium  mais au cours des cinq prochaines années, les accumulateurs s’amélioreront surtout grâce à l’adaptation du mélange de matériaux déjà utilisés notamment dans la cathode, du cobalt au nickel, au manganèse, au lithium et à     l’aluminium.(quotient italien).
Image
L’avenir du Congo Démocratique dépendra, de la bonne gouvernance et transparence dans la gestion publique avec une orthodoxie financière. Il est temps que le pays rattrape le train de la mondialisation de l’économie, en actionnant le levier des relations économiques internationales. Celles-ci auront comme fondement les comportements stratégiques coopératifs avec les investisseurs directs étrangers afin de créer la valeur ajoutée nationale.