USA : De bonnes chances de trouver un accord avec Mexico, estime Trump

USA : De bonnes chances de trouver un accord avec Mexico, estime Trump

Donald Trump Photo REUTERS

WASHINGTON/MEXICO  - Donald Trump a estimé vendredi qu'il y avait "de bonnes chances" de voir les Etats-Unis conclure un accord avec le Mexique sur la question de l'afflux de migrants à leur frontière commune, même si son administration prépare l'éventuelle application de droits de douane sur les produits mexicains dès la semaine prochaine.

Les délégations mexicaine et américaine ont entamé vendredi à Washington une troisième journée de discussions pour tenter de trouver un accord. Au même moment, un haut responsable de la Maison blanche déclarait qu'il restait "beaucoup de chemin à parcourir" mais que, si les négociations se poursuivaient dans la même voie, Donald Trump pourrait suspendre sa menace d'imposer dès lundi des droits de douane aux produits mexicains.

Marc Short, qui dirige le cabinet du vice-président Mike Pence, a indiqué qu'une notification légale serait délivrée ce vendredi afin de préparer la mise en oeuvre de ces taxes.

"Mais je pense que le président aura la latitude, si les négociations continuent de bien se passer, de stopper (le processus) à un moment ou un autre au cours du week-end", a-t-il ajouté tandis qu'une nouvelle séance de négociations débutait entre représentants américains et mexicains.

Sur Twitter, le président Américain a écrit que "Si nous sommes en mesure de trouver un accord avec le Mexique - et il y a de bonnes chances que ce soit le cas - ils commenceront aussitôt à acheter des produits agricoles en fortes quantités".

"Si nous ne parvenons pas à un accord, le Mexique sera soumis à des droits de douane de 5% à partir de lundi", a-t-il continué.

Donald Trump, qui a quitté vers 14h30 GMT l'aéroport irlandais de Shannon au terme d'une visite de cinq jours en Europe, a annoncé la semaine dernière qu'il entendait prélever à compter de lundi prochain des droits de douane de 5% sur toutes les importations en provenance du Mexique.

MEXICO PRÊT À DES MESURES DE RÉTORSION

Ces taxes douanières, a-t-il prévenu, seront progressivement relevées jusqu'à 25% au 1er octobre prochain et resteront en vigueur tant que Mexico n'aura pas pris des mesures plus efficaces pour retenir les migrants d'Amérique centrale se déplaçant en "caravanes" vers les Etats-Unis afin d'y demander l'asile.

En mai, les services américains des garde-frontières ont appréhendé plus de 132.000 personnes qui venaient du Mexique, ce qui représente le nombre le plus élevé depuis 2006.

Le Mexique a proposé jeudi de déployer 6.000 membres de sa garde nationale sur la frontière avec les Etats-Unis afin de lutter contre l'immigration clandestine.

Mike Pence a prévenu que le dernier mot reviendrait à Donald Trump, qui a suivi à distance les premières séances de la négociation menée, côté mexicain, par le ministre des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard.

A Mexico, le président Andres Manuel Lopez Obrador a vu un "bon signe" dans le fait que les négociations n'avaient pas été rompues. "Un dialogue existe et un accord peut être obtenu. Je suis optimiste quant à notre capacité à y arriver", a-t-il ajouté vendredi.

Le président mexicain a cependant jugé que les Etats-Unis commettaient une erreur en liant migration et commerce. Et, à l'instar de la Chine, son gouvernement a préparé une liste de produits américains qui pourraient être taxés en représailles, notamment en provenance d'Etats agricoles et industriels considérés comme la base électorale de Trump, en pré-campagne pour l'élection présidentielle de 2020. Reuters